Lectrice

"Le réalisateur qui sait déjà comment sera son film avant même de le tourner, je n'y crois pas".

Pedro Almodovar, à propos de son film Douleur et Gloire,

Cahiers du Cinéma, mai 2019

Si donc, tout scénario a vocation à être oublié une fois tourné et travesti dès le tournage  ; en amont, peu sont les réalisateurs qui peuvent échapper à une écriture (et même à de nombreuses (ré)écritures) d'un film que ce soit en documentaire ou en fiction. car aujourd'hui, toute commission, producteur ou chaîne de télévision demandera un écrit avant de s'investir sur un film.

Pour un lecteur  il s'agit à la fois de se projeter mentalement le film, mais aussi, si on le lui soumet à des fins de réécriture, de travailler à la cohérence de cet outil de transition qui est l'écrit lui-même.

Ainsi, en fiction, faire la lecture d'un scénario c'est effectuer sous forme de note (courte ou longue) une analyse dramaturgique du récit : déterminer le parcours des personnages, leur cohérence; analyser la structure globale, le ton employé, les dialogues.


En documentaire, il s'agit de lire  le dossier de production et de déterminer sa lisibilité, ses forces et ses manques, de pousser l'auteur à développer encore davantage sa réflexion; mais aussi de considérer le dossier en fonction de la stratégie de production envisagée - puisque selon les commissions ou les chaînes de télévision, les formes d'écriture valorisées ne sont pas les mêmes.

Dans les deux cas, comme ce sont des oeuvres en travail, il s'agit toujours de trouver les mots justes, d'être bienveillant, au plus près de ce que cherche l'auteur.

Références

J'ai commencé à travailler comme lectrice de scénarios de long-métrages fiction à Unlimited et Les films de l'étranger avec Philippe Avril en 2006.
J''y ai travaillé notamment sur  :

- Quatre mois, trois semaines, deux jours de Cristian Mingiu (Palme d’or à Cannes 2007); 

- Entre deux mondes (Mostra de Venise, 2009) de Vimukhti Jayasundara.;

- La Cinquième saison (Mostra de Venise, 2012), et King of the Belgians  (Mostra de Venise 2016), de Jessica Woodworth et Peter Brosens;

- Left foot, Right foot  (Bayard d’or au Festival de Namur, 2013) de Germinal Rouaud;

- Touch me not (Ours d'or à Belin, 2018) de Adina Pontilie.

J'ai été membre du premier collège du concours de scénarios de courts-métrages fiction du Conseil général de l’Eure au Moulin d’Andé Centre des écritures cinématographiques en 2013 et 2014 et membre de la commission cinéma – audiovisuel pour la Safire (Société des Réalisateurs de Films Indépendants en Région Est), à l'Agence Culturelle d’Alsace en 2010 et 2011.
 

En documentaire, j'ai travaillé (et travaille toujours) avec différentes sociétés de production (Macalube films, dora films, Ana films) et réalisateurs.
J'ai aussi été chargée de TD d'écriture scénaristique et de cours magistral en dramaturgie documentaire à l'Université de Strasbourg.